Les postulats de la mondialisation

Questions de société / Les mardis de l’IEAoLU

Tout au long de l’année, des chercheurs – philosophes, sociologues, anthropologues, économistes, historiens, politologues, etc. – viennent partager leur réflexion, leurs analyses et nous aident à donner du sens au monde qui nous entoure.
Chaque deuxième mardi du mois, l’Institut d’Études Avancées de Nantes (sciences humaines et sociales) et le lieu unique co-organisent une conférence qui traite d’un grand sujet de société et d’actualité ayant une forte dimension internationale.

Les postulats de la mondialisation

Conférence de Serge Halimi

En novembre 2002, dans Le Monde diplomatique, Jean Baudrillard posait la question : “ Y a-t-il une fatalité de la mondialisation ? ”.

Réponse : “ Les jeux ne sont pas faits, et la mondialisation n’a pas gagné d’avance. (…) Ce qui peut faire échec au système, ce ne sont pas des alternatives positives, ce sont des singularités. Elles font échec à toute pensée unique et dominante, mais elles ne sont pas une contre-pensée unique – elles inventent leur jeu et leurs propres règles du jeu. (…) Il ne s’agit donc pas d’un “ choc de civilisations ”, mais d’un affrontement, presque anthropologique, entre une culture universelle indifférenciée et tout ce qui, dans quelque domaine que ce soit, garde quelque chose d’une altérité irréductible. (…) La mise en place du système mondial est le résultat d’une jalousie féroce : celle d’une culture indifférente et de basse définition envers les cultures de haute définition (…), celle des sociétés désacralisées envers les cultures ou les formes sacrificielles. ”

Quelle sera l’analyse de Serge Halimi en 2017 ?