Festival Les Étoiles du documentaire

2 jours, 6 films pour fêter le film documentaire dans toute sa diversité

Créées en 2005, les Étoiles de la Scam (Société civile des auteurs multimédias), récompensent chaque année trente œuvres audiovisuelles diffusées à la télévision au cours de l’année écoulée. Par cette initiative, la Scam affirme sa volonté de soutenir les auteurs et autrices dans leur diversité et leur aspiration à toujours plus de créativité, d’originalité, d’authenticité et de rigueur. Les trente œuvres étoilées sont programmées à l’automne au Forum des images à Paris, puis une sélection en région, à Rennes et Strasbourg.

Soutenus par la Scam qui a choisi Nantes pour lancer une nouvelle déclinaison du festival, le lieu unique et La Plateforme, pôle cinéma audiovisuel des Pays de la Loire, programment pendant deux jours six de ces trente Étoiles pour fêter le film documentaire dans toute sa diversité et rencontrer des auteurs et autrices. Des œuvres engagées, des films à fleur de peau qui dessinent un monde en mouvement, une sorte de chronique de vies ordinaires, de l’intime à l’universel.

**TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME COMPLET**


VENDREDI 8 FÉVRIER

14h15 :
Les Œuvres vives

de Bertrand Latouche (France, 2017, 52’)
Production : Les Films du Balibari, Les Docks du Film
On s’imagine une vie. Et puis non. Il en va autrement. Le tout est de continuer à rêver. Réunis comme les membres d’un même équipage, des hommes, une femme et une jeune fille regardent le lointain depuis leur bateau resté à terre. Ils se sont liés d’amitié en attendant, tôt ou tard, de pouvoir à nouveau larguer les amarres. Mais ils ne sont pas pressés. Ils sont déjà partis.


16h :
La grande guerre des Harlem Hellfighters
de François Reinhardt (France, 2016, 90’)
Production : What’s Up Productions
Quand les États-Unis entrent en guerre, en avril 1917, 370 000 Africains-Américains s’engagent sous les drapeaux. La guerre en Europe est l’occasion pour ces hommes de prouver leur loyauté envers une Amérique pourtant largement raciste. En France, les 2 000 soldats du 15e régiment d’infanterie colored de New York combattent aux côtés des poilus français. Ils découvrent à la fois les horreurs de la guerre et l’égalité raciale.

 

17H30 : DE L’AUTRE CÔTÉ DU FILM – UNE HISTOIRE DE FABRICATION
Rencontre avec Aurélien Bonnet (monteur), Maël Mainguy (producteur – What’s Up Productions), André Rakoto (directeur du service de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre de Paris, conseiller scientifique du film), modérée par Lise Baron (réalisatrice).
Comment est née l’idée du lm, quels ont été le calendrier de création et le contexte de production, comment s’est fait le choix de la narration, quelles recherches le réalisateur a-t-il e ectuées, comment s’est orientée la recherche d’archives ? Autant de questions qui dessinent l’histoire du processus de création de La Grande Guerre des Harlem Hell ghters.


20h15 :

Au pied de la lettre

de Marianne Bressy (France, 2017, 52’)
Production : Tébéo, TVR-Rennes 35, Les Films de l’Autre Côté, Tébésud, Time Lapse / Bourse Brouillon d’un rêve de la Scam
« Aujourd’hui, à 47 ans, Gérard sait enfin lire et écrire, pourtant, ces choses simples de la vie quotidienne lui sont toujours hors de portée. Comment exercer un métier ? Comment devenir père et transmettre ? Comment réapprendre à s’aimer ?


SAMEDI 9 FÉVRIER

14h15 :
Des voix dans le chœur – Éloge des traducteurs
de Henry Colomer (France, 2017, 68’)
Production : Saraband Films
Les poètes réveillent la musique qui sommeille dans les mots et des virtuoses relèvent le défi d’en assurer la transcription. Ce film nous invite à partager l’exercice d’équilibrisme qu’est la traduction de la poésie.


16h15 :
Une tournée dans la neige
de Hélène Marini (France, 2016, 75’)
Production : Zadig Productions, LCP-AN / Bourse Brouillon d’un rêve de la Scam
Le 15 février 2013, Pauline, jeune factrice intérimaire de 21 ans, se suicide après une dernière tournée dans la neige. Sur le chemin de cette tournée éprouvante, se croisent les luttes et les renoncements de ceux qui ont, ou auraient pu connaître Pauline : syndicalistes en lutte, postiers, fermiers enclavés dans leurs territoires de solitude… Un film poétique et politique sur le temps présent.


19h :
Focus Iran, l’audace au premier plan
de Valérie Urréa et Nathalie Masduraud (France-Suisse, 2017, 53’)
Production : Terra Luna Films, Harbor Films, Arte France, Avrotos
En Iran, pays tiraillé entre tradition et modernité, une jeune scène photographique, créative et audacieuse s’engage à donner au monde une autre image de son pays. Des cinq photographes suivis dans ce film, quatre sont des femmes, toutes reconnues internationalement. Elles utilisent l’image pour évoquer notamment leur statut de femme et leur place dans la société iranienne. En contrepoint, un photographe homme interroge celle du masculin. Dans leur travail photographique, tous contournent la censure avec habileté et humour.