Les Rencontres de Sophie

Habiter la nature

Le lieu unique et Philosophia, chaque année, invitent à un grand week-end philo.

Conférences, tables rondes, débats, abécédaire, cabinets de l’historien, projections… autour d’un thème étudié et interrogé dans une perspective philosophique, mais aussi scientifique, artistique ou politique.

Notre époque s’est construite sur le sentiment que nous, êtres humains, sommes dans la nature comme chez nous. Le risque d’une destruction, aujourd’hui prévisible, de la nature et de l’homme fragilise pourtant cette conviction tranquille, qu’il convient donc de repenser en ses fondements comme en ses effets.
Qu’en est-il de la distinction entre l’homme et la nature ? Quelles nouvelles manières d’habiter la nature, l’art mais aussi la science et la technique nous permettent-ils alors d’imaginer ? Quelles valeurs éthique et juridique attribuer aux autres êtres naturels, animaux, végétaux ?

Avec : Anouk Barberousse, Étienne Bimbenet, Frank Burbage, Florence Burgat, Damien Carême, Marine Denis, Gilles Clément, Philippe Descola, Hélène Devissaguet, Christophe François, Mark Hunyadi, Marie-Hélène Lafon, Fabrice Lardreau, Catherine Larrère, Pascaline Lepeltier, Virginie Maris, Thierry Paquot, Christelle Pineau, Christelle Pottier, Olivier Rey, Philippe Soulier, Céline Spector, Francis Wolff

** 2 intervenants ont malheureusement été contraints d’annuler leur venue.
Le programme à jour des conférences et des présents figure ci-dessous, uniquement sur le site. Merci de votre compréhension **
(dernière mise à jour du 29/01/2020)

 

** Télécharger le programme de l’événement **


Vendredi 7 février

14h—20h30
Projections, librairie, salon de thé…

14h30—15h30
Qu’est-ce que la nature ?
Conférence de Catherine Larrère

16h—17h
Habiter la Terre n’est pas une mince affaire !
Conférence de Thierry Paquot

16h—17h
Heidegger : Habiter entre ciel et terre
Cabinet de l’historien par Hélène Devissaguet

17h30—18h30
Par-delà nature et culture ?
Entretien avec Philippe Descola, animé par Olivier Dekens

17h30—18h30
Autrement qu’une origine sacralisée : la phúsis selon Aristote
Cabinet de l’historien par Philippe Soulier

20h30—22h
Où en est l’écologie politique ?
Entretien avec Damien Carême, animé par Pascal Massiot (programme modifié : Serge Latouche et Corinne Lepage finalement absents)


Samedi 8 février

13h30—20h30
Projections, librairie, salon de thé…

14h—19h20
L’Abécédaire 1ère partie : 13 conférences de 20 mn
14h00 : A – Androgame – Sylvain Portier
14h25 : B – Biogée – Michel-Elie Martin
14h50 : C – Criminel-né – Nadia Taïbi
15h15 : D – Dieu ou la nature – Evelyne Guillemeau
15h40 : E – Éduquer – Jean-Marie Frey
16h05 : F – Forêt – Olivier Dekens
16h30 : G – Gemini – David Lebreton
16h55 : H – Hobbit – Maxime Sacramento
17h20 : I – Instrument – Yvon Quiniou
17h45 : J – Jardin Zen – Sarah Raynaud
18h10 : K – Kruptesthai – Franck Robert
18h35 : L – Légumier – Axelle Petit
19h00 : M – Marcher en forêt – Jean-Luc Jousse

14h30—15h30
Le climat transformé
Conférence d’Anouk Barberousse

15h—16h30
Atelier philo enfants par Christelle Pottier

16h—17h
Aménager la nature ?
Entretien avec Gilles Clément, animé par Évelyne Guillemeau

17h30—18h30
Écrire la nature
Entretien avec Marie-Hélène Lafon, animé par Fabrice Lardreau

18h—19h
Les voix de la nature : Rousseau, botaniste et généalogiste
Cabinet de l’historien par Céline Spector

20h30—22h
L’homme est-il un animal comme les autres ?
Débat avec Étienne Bimbenet et Florence Burgat, animé par Olivier Dekens


Dimanche 9 février

11h30—19h30
Projections, librairie, salon de thé…

11h30—13h
Goûter la nature
Table ronde avec Christophe François, Pascaline Lepeltier, animée par Christelle Pineau

14h—19h20
L’Abécédaire 2e partie : 13 conférences de 20 mn
14h00 : N – Nager en eau libre – Francis Métivier
14h25 : O – Ocytocine – Boris Misura
14h50 : P – Pastoral – Jean-Claude Pinson
15h15 : Q – Quizzer – Armelle Grenouilloux
15h40 : R – Respecter la nature ? – Joël Gaubert
16h05 : S – Sens – Julie Cloarec-Michaud
16h30 : T – Tableau périodique – Jean-Luc Nativelle
16h55 : U – Utopie concrète – Nadine Boyer
17h20 : V – Vache (Étable …) – Dominique Pécaud
17h45 : W – Week-end – Caroline Baudouin
18h10 : X – Xing – Roland Depierre
18h35 : Y – Y – Gabrielle Marion Ledru
19h00 : Z – ZAD – Angélique Thébert

15h—16h30
Le transhumanisme : vers une nouvelle nature humaine ?
Débat avec Mark Hunyadi et Olivier Rey, animé par Camille Dreyfus-Le Foyer

16h30—17h30
André Gorz : Écologie et démocratie
Cabinet de l’historien par Frank Burbage

17h—18h
La nature a-t-elle des droits ?
Entretien avec Marine Denis et Catherine Larrère, animé par Jean-Michel Vienne

18h30—19h30
Déshabiter la nature – pour penser la part sauvage du monde (et de nous-mêmes)
Conférence de Virginie Maris


Diffusion de courts métrages

vendredi 7 de 14h à 20h30, samedi 8 de 13h30 à 20h30, dimanche 9 de 11h30 à 19h30. Entrée libre et gratuite
Comme chaque année, des courts métrages – œuvres documentaires ou films d’artistes – interrogent le sujet choisi par le biais de l’art. Avant ou après une conférence, libre à chacun de prendre le temps de les découvrir !

Éloge de l’arbre d’Éric Watt
(France, 2012, 35’, production : Groupe de recherche et d’essais cinématographiques – GREC)
Manifeste poétique et écologique, d’après le texte paru dans Les Carnets du paysage de Gilles Clément.
Deux humanistes discutent à une table, tandis que le soir tombe. Ils évoquent la singularité des arbres et des hommes, le jardin planétaire, le nécessaire espoir, l’alternative possible à ce monde. Tandis qu’un arbre change au gré des quatre saisons, qu’une femme devient plante et s’immerge dans un jardin avec les autres végétaux, tandis que des marcheurs par centaines se mettent en route sur un nouveau chemin… les deux hommes inventent un autre monde.

Rêvent-elles de robots astronautes ? de Sarah del Pino
(France, 2017, 25’)
Le film est tourné dans une ferme d’élevage de vaches laitières que la réalisatrice connaît depuis son enfance et qu’elle a vu se transformer.
Sous l’esthétique d’une science-fiction, la caméra abandonne peu à peu le monde des humains pour pénétrer dans un monde parallèle, un élevage industriel déserté par la présence humaine et autogéré par des logiciels informatiques qui actionnent les mécanismes de traite. La frontière entre le naturel et l’artificiel se trouble : nées dans ce monde, ces vaches domestiques évoluent dans leur milieu « naturel ». Telles des créatures dans l’ombre, elles produisent sans cesse notre future consommation de lait. Enfermées dans un hangar, un champ seulement les sépare de notre société.
Le traitement particulier que Sarah del Pino fait de la lumière crée dans sa vidéo une ambiguïté entre documentaire et fiction, entre « hyper-réalité » et ambiance surnaturelle. (Texte paru pour L’Été photographique de Lectoure 2019).

Vendhuile de Julie Vacher
(France, 2017, 19’)
Julie Vacher filme la vie clandestine d’un braconnier. À travers lui, elle poursuit, entre fiction et réalité, ce qu’il resterait de sauvage dans ce paysage industrialisé du Nord de la France. « On se trompe sur lui : on le prend pour un ogre, un sorcier, un massacreur de bêtes, les gens du village le traquent, pourtant il ne menace rien ni personne : immobile sous sa tente dans la forêt, c’est lui le gardien du territoire, il attend, il scrute, son feu éclaire la nuit, il veille sur nous. Là où la loi fige les habitants, la liberté du braconnier ouvre la nuit, élargit la forêt, et l’étang, et le territoire entier du vivant; elle traverse une expérience, celle des frémissements du paysage. Et lorsque Julie Vacher s’approche enfin dans la nuit de la barque où il pêche, lorsque la caméra discerne son visage protégé par un chapeau de cowboy, on atteint un point mystérieux, fondamental, ce point discrètement sacrificiel où les tensions se retournent : celui qui chasse et qu’on chasse, celui qui, silencieux dans sa barque, n’a l’air de rien, est en même temps un roi. » Yannick Haenel