Contrées imaginaires

Séquence «Cités et frontières, parcs et paysages»

ÉCHANGE ENTRE JACQUES ABEILLE ET DIANE MEUR
animé par Jérôme Goude, libraire et critique littéraire

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Lecture de

Les Jardins statuaires

de Jacques Abeille

Et de

Les Villes de la plaine

de Diane Meur

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Les Jardins statuaires, de Jacques Abeille, Éd. Attila, réédition 2010. Couverture et rabats de François Schuiten

Les Villes de la plaine, de Diane Meur, Éd. Sabine Wespieser, 2011

« Pour moi, l’imaginaire ne s’oppose pas au réel. Il est l’agencement d’éléments réels selon une autre logique »
D. Meur. Entretien avec Jérôme Goude. Le Matricule des anges. Octobre 2011

Ce texte échappe aux catégories littéraires : tout à la fois roman d’aventure, récit de voyage, fable et conte philosophique, Les Jardins statuaires mettent en scène un voyageur qui, à une époque indéterminée, découvre un ensemble de domaines. La pierre y pousse sans cesse. La vie y est réglée d’après une organisation rigoureuse aux fondements étranges. L’activité des hommes consiste à cultiver des statues.
Au fil de ses pérégrinations, l’utopie se lézarde.

Écrivain et peintre, Jacques Abeille est auteur du vaste Cycle des contrées commencé par ce texte. Il y a des liens entre cette oeuvre ample et singulière et celles de Mervyn Peake, de Gracq, de Tolkien.

Les villes de la plaine, en un contexte imaginaire, propose au lecteur un exercice d’interprétation, l’entraîne dans une spirale temporelle d’images et de réflexions, le prend à témoin sur le sens des grandes questions du monde contemporain. Dans cette cité aux lois anciennes, enfouie dans les strates sablonneuses de la mémoire, le scribe Asral a pour tâche de recopier les lois sacrées qui règlent le quotidien.
Ordjéneb, jeune montagnard peu cultivé, devient son premier garde… De la lettre ou de l’esprit, des écrits formels ou de l’intention originelle, comment les hommes doivent-ils interpréter la parole sacrée ? Comment dénouer la causalité des destins individuels et des situations ?

Diane Meur, historienne de formation, traductrice littéraire, est aussi l’auteur du livre Des vivants et des ombres.