CARTE BLANCHE RADIOPHONIQUE A IRÈNE BERELOWITCH

DES ÉCOUTES SUR TRANSATS ET COUSSINS

UNE COPRODUCTION HISTOIRES D’ONDES / JET FM / LE LIEU UNIQUE

En marge du festival [Sonor] volume 7 (festival des écoutes radiophoniques du 2 au 13 mai 2012), nous proposons, en lien avec certaines de nos manifestations, un moment d’écoutes radiophoniques afin d’apporter un enrichissement, un éclairage différent. Des moments aussi qui favorisent l’échange entre créateurs sonores et auditeurs attentifs, curieux ou de passage. Ce premier rendez-vous de la saison se veut un regard supplémentaire sur les problématiques de l’immigration. Outre les regards historique, géopolitique et philosophique, nous aurons ici une approche plutôt sensible.

“La radio, le son, c’est un morceau de temps qui passe. Ou peut-être l’illusion de pouvoir l’attraper au vol. Ecouter une voix sur une bande magnétique (je suis de la vieille école, pardon), ou maintenant sur un fichier numérique, c’est se tenir au plus près de la personne qui parle au moment où elle parle. Si je lui parle moi aussi, le son capte et garde ce que fut notre échange, notre rencontre. Et avec les mots, il y a les émotions, les silences, le mystère. Magique…

Si je me suis beaucoup intéressée à l’immigration, c’est pour des raisons banalement biographiques – mes grands-parents paternels étaient des immigrés russes ; j’ai vécu un morceau de mon enfance en Tunisie – banalement politiques – l’accueil que l’on réserve à ceux qui viennent d’ailleurs est l’un des éléments qui définit le degré de civilisation d’une société – mais aussi peut-être, parce que j’y vois une métaphore de l’existence. Il me semble que chacun de nous vit une part de sa vie en étranger, étranger à l’autre et à soi-même. Et le micro représente pour moi un antidote à cette indistinction. Que faisons-nous ici ensemble ? Recueillir la parole, les histoires, les souvenirs, les trous de mémoire, l’émotion qui surgit à l’instant T de l’enregistrement, c’est ma manière d’essayer de répondre, même si c’est impossible, et heureusement, à cette question toujours ouverte.”
(Irène Berelowitch)

Irène Berelowitch est journaliste et “auteure radio”. Depuis 1995, elle a réalisé une cinquantaine de documentaires sonores, d’abord pour France Culture, puis plus récemment pour Arte Radio. En 2004, elle a fondé avec deux amis réalisateurs, l’une de radio, l’autre de films, un petit collectif de création documentaire, L’atelier du Bruit.
“Nous avons entrepris de raconter l’histoire collective de l’immigration en France à travers des itinéraires individuels pour la Cité nationale de l’Histoire de l’immigration. Nous avons aussi commencé à raconter Paris, où nous vivons tous les trois, à travers les sons.”

www.atelierdubruit.net /// http://portraits.histoire-immigration.frwww.ecouterparis.net /// www.arteradio.com

Photo : DR