ALEXIS. UNE TRAGÉDIE GRECQUE

 

EN CORÉALISATION AVEC LE TU-NANTES.

MISE EN SCÈNE :

ENRICO CASAGRANDE

ET

DANIELA NICOLO
COMPAGNIE MOTUS
En italien surtitré

Athènes, 6 décembre 2008. Un jeune homme de 15 ans, Alexandros Grigoropoulos, est tué par balles par un agent de police. Dans un contexte social et politique déjà tendu, cette mort déclenche une vague d’émeutes sans précédent. Alexandros devient l’icône d’une jeunesse révoltée par la corruption et l’impuissance des politiques.
Depuis 2009, Enrico Casagrande et Daniela Nicolo mènent un travail autour des révoltes contemporaines à travers la figure d’Antigone – une femme qui, confrontée à l’injustice, se lève et résiste. Les auteurs et metteurs en scène italiens se rendent alors à Athènes, enquêtent, traquent et filment dans la ville les traces des événements et recueillent les échos de cette révolte. De tout cela, Motus fait un spectacle documentaire et poétique qui recrée remarquablement l’atmosphère d’urgence, de tension de ces journées d’Athènes, mais qui ne s’en tient pas là. Enrico Casagrande et Daniela Nicolo invitent les spectateurs à chercher avec eux qui sont les Antigone d’aujourd’hui. Comment résister ? Le poing levé dans la rue, sur un plateau de théâtre, sur les murs de la ville ?`

Motus a présenté à Nantes les pièces Twin Rooms, Splendid’s, L’Ospite et Petits épisodes de fascisme au quotidien et fait entendre les grands écrivains d’aujourd’hui, Genet, Pasolini ou Fassbinder, pratiquant tous une langue de la révolte.

Reportage Arte sur le spectacle ALEXIS. UNE TRAGÉDIE GRECQUE,lors du Festival Mettre en scène 2010 à Rennes

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

>>> Et aussi : Café philo “Se révolter a-t-il encore un sens ?” Mardi 7 février 2012 à 18h30 / entrée libre