Soleils martiens

Félicie d'Estienne d'Orves

 « Nous affirmons qu’il existe une infinité de terres, une infinité de soleils et un éther infini. » — L’Infini, l’Univers et les Mondes, Giordano Bruno, 1584.

Soleils martiens est la première exposition monographique de la plasticienne française Félicie d’Estienne d’Orves en France. L’artiste associe nouvelles technologies, lumière et sculptures, pour explorer, à la manière des land artists des années 1970, la « terra incognita » qu’est l’espace. Ses œuvres invitent à porter le regard vers les profondeurs du ciel astral et révèlent un système de perception différent du nôtre où la lumière et le temps obéissent à des règles radicalement autres, que les scientifiques utilisent pour leurs observations et mesures, matériau de base pour la création des œuvres.  

Ainsi Continuum, l’installation centrale de l’exposition montre un coucher de soleil sur Mars. Un coucher de soleil, comme il en existe tant dans l’histoire de la peinture et de l’image, à la différence que celui-ci est produit à partir de clichés pris par des appareils d’exploration scientifiques, et en s’aidant de connaissances théoriques issues de résultats issus de la recherche en astrophysique. Un crépuscule pour personne, là où nul ne peut le voir, sauf à travers les caméras d’un robot solitaire. Le regarder, se laisser traverser, c’est inventer une autre manière de se projeter vers l’inconnu.

Commissariat : Eli Commins & Sean Rose