Rencontres de Sophie

Le corps

En partenariat avec l’association Philosophia

Avec : Jacques Arènes, Blaise Benoit, Jean-Michel Besnier, Laurence Brunet, Edwige Chirouter, Gérard Dabouis, Guillaume Durand, Eric Fiat, Barbara Formis, Marie Gaille, Isabelle Koch, Isabelle Launay, David Le Breton, Pierre Maréchaux, Denis Moreau, Isabelle Quéval, Franck Robert, Gérald Sfez, Irène Théry, Loïc Touzé


http://issuu.com/lieuunique/docs/lesrencontresdesophie2013pp?e=0

Si le corps est bien au coeur de la condition humaine, qui est d’être incarnée, pendant des siècles et même des millénaires, la primauté a le plus souvent été accordée à l’âme, le corps représentant un obstacle à son édification morale et, surtout, à son salut spirituel.

Il a donc fallu attendre que la modernité rompe avec la métaphysique et s’adonne à la physique pour que le corps soit enfin réhabilité et que « les soins du corps » en viennent à déclasser l’antique « soin de l’âme ». Notre époque hyperesthétisée n’a-t-elle pas substitué une beauté matérielle énergique à la beauté classique, spirituelle et statique, aussi bien dans les arts que dans les moeurs, ce qui semble plus propice à l’épanouissement personnel de chacun, ici et maintenant, par le biais d’un bodybuilding généralisé ? Les progrès spectaculaires des sciences et des techniques ne nous promettent-ils pas la santé perpétuelle, voire l’immortalité corporelle, dernière « frontière » qui semble même avoir rendu obsolète toute perspective de révolution politique ?

Mais qu’en est-il d’une telle promesse à l’heure du spectacle envahissant des corps stressés, flexibilisés, déplacés, drogués, médicalisés, appareillés, marchandisés, clonés, fragmentés, découpés, décapités, déchiquetés, brûlés, explosés ? La destruction des corps serait-elle la suite obligée de la dissolution des âmes ? L’obsédante mise en scène des corps relève-t-elle d’une entreprise d’émancipation ou bien d’aliénation ?

C’est à l’examen de ces questions que nous invitons le public, lors de conférences et débats, d’un abécédaire et d’un atelier philo-enfants.