La Danse sorcière de Karine Henry

Poèmes en cavale

Depuis plusieurs années, le lieu unique accueille des associations et structures nantaises dont les problématiques trouvent écho à sa programmation. Ici, la Maison de la Poésie de Nantes.
_
La Danse sorcière de Karine Henry (Actes Sud, 2017) est un grand roman de la danse – de Wigman à Carolyn Carlson, de Nijinski à Béjart, de l’Opéra Garnier au Tanztheater Wuppertal de Pina Bausch et jusqu’au Sankai Juku. C’est un livre du corps en mouvement, inspiré et exalté, à travers l’histoire d’un personnage et la chorégraphie d’une vie. « Comment substituer un langage à celui des gestes, sans figer les corps, les alourdir de causes, d’analyses ? Karine Henry donne une histoire au corps dansant, un récit aux gestes, une origine à l’envoûtement. » (Oriane Jeancourt, Transfuge).

Avec Karine Henry (texte, voix), Alexandra Fournier (voix) et Marjorie Delle-Case (musique, vidéo). Présentation : Alain Girard-Daudon

dans le cadre du festival Trajectoires