La primauté du vivant : et si la pensée était là où on ne la pense pas ?

Avec Dominique Bourg

La Modernité occidentale est née de l’affirmation que la nature se réduisait à un agrégat mécanique de particules inertes, auquel les êtres humains étaient par nature et par destinée étrangers, puisque seuls au monde capables de penser. Quelques siècles plus tard, nous sommes sous la menace de chocs et d’effondrements successifs : l’essor impulsé par le mécanicisme moderne a fini par susciter les conditions de son propre dépassement, en rendant insoutenables ses conséquences environnementales et sociétales. Dominique Bourg, dans Primauté du Vivant, montre comment notre époque commence à comprendre à la fois que le vivant est un tout, et que ce tout pense. 


Cycle « La citoyenneté à l’heure de l’anthropocène »
En partenariat avec le Collège des Transitions Sociétales

vous aimerez peut-être...