Contestations massives et répressions forcenées : la difficile quête de lendemains meilleurs pour l’Algérie

Rencontre avec Rosa Moussaoui

Une nouvelle fois, l’Algérie connaît la tourmente et se réclame un nouveau destin. Depuis le mois de février, chaque vendredi, ainsi que le mardi pour les étudiants, les rues se remplissent de manifestants de tous âges et de toutes conditions. Calme et déterminé, le mouvement « Hirak » a fait reculer le président en exercice tenté par un cinquième mandat, a conduit ce président à la démission, puis a obtenu de repousser par deux fois la tenue d’élections jugées trop peu démocratiques.

Un nouveau scrutin est prévu pour le 12 décembre, mais avec des candidats fortement « préconisés » par un système massivement rejeté. Qu’adviendra-t-il de cette confrontation entre un pouvoir qui se raidit et un mouvement social d’une ampleur stupéfiante, qui se réinvente sans cesse, luttant avec les armes de l’humour et répondant à une féroce répression par des chansons et des dessins de presse ?