Café-Choré d’Olivia Grandville # 3

Avec Céline Roux, Yvan Clédat et Corinne Petitpierre

Suite aux nouvelles mesures annoncées par l’État le 13 avril, dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19, nous sommes au regret de vous informer que le lieu unique restera fermé au public jusqu’à nouvel ordre.
Nous sommes aussi au regret de vous informer que tous les rendez-vous du Labo utile jusqu’au 30 juin inclus sont annulés : toutes les conférences (rendez-vous bioéthique, géopolitiques, l’IEAoLU…) et les projections (Doc a LU) et le festival Les Etoiles du documentaire.
___

Lorsque, dans les années 1920, le plasticien Oskar Schlemmer devient directeur de l’atelier de la scène au Bauhaus, son objectif est de transposer les récentes théories visuelles de Kandinsky dans des tableaux vivants. Espace, forme, couleur deviennent les notions fondamentales d’une recherche visuelle et chorégraphique où le costume peut tout autant entraver le mouvement que le transformer.

Ce café chorégraphique placera au centre du débat ce « corps-figure d’art » du danseur métamorphosé en sculpture vivante. En quoi les pratiques d’arts visuels impactent-elles l’art vivant et impermanent du corps en mouvement ? Y a-t-il eu des temps forts historiques à ces préoccupations ? Des récurrences esthétiques ? À l’heure du numérique, de la robotique et de la conception 3D, que produisent ces transformations tangibles du corps concret du danseur sur la réception du spectateur ?