Accueils

LECTURES, POÉSIE / RENCONTRES

Depuis plusieurs saisons, le lieu unique accueille des associations et structures nantaises dont les problématiques trouvent écho à notre programme.

La Maison de la Poésie de Nantes

La Maison de la Poésie de Nantes a pour vocation artistique de diffuser la poésie d’aujourd’hui. Foisonnante, se renouvelant constamment, la poésie est le lieu de l’inattendu, de l’exigence, du singulier.
TARIFS : 3€ / ABONNÉS MAISON DE LA POÉSIE, DEMANDEURS D’EMPLOI : GRATUIT
— MERCREDI 18 JANVIER À 19H30
« À suivre… »
Lectures. Avec Marius Loris & Guillaume Condello.
Présentées par Yves Arcaix et Roland Cornthwaite

Sous le titre « À suivre… », la Maison de la Poésie de Nantes invite de jeunes voix encore peu publiées.Né en 1987, Marius Loris envoie de grands coups de pieds dans la poésie. Bouche louche (Atelier de l’Agneau, 2016), son premier livre, est préfacé par Charles Pennequin, qui le décrit comme « de la poésie mal polie qui dresse un bilan du vivant de maintenant ». Sur scène, Marius Loris performe ses textes dans une poésie action en lien avec son écriture.
Guillaume Condello, né en 1978, est l’auteur, aux éditions du Dernier Télégramme, de Les Travaux et les jours (2012) et Alexandre (2016). Ces deux livres sont en continuité directe : écriture désarticulée, qui bouscule l’habituelle linéarité, en filiation avec les grands textes grecs antiques fondateurs de civilisation. Les motifs du travail de la terre, de la conquête, des Dieux, se confrontent à des motifs très contemporains, le plastique, les voitures, les machines.
— JEUDI 9 FÉVRIER À 19H30
Nina Yargekov & Elitza Gueorguieva
Lectures et entretien animé par Guénaël Boutouillet
Nina Yargekov est née en 1980. Elle a publié trois romans chez P.O.L, dont Double nationalité (2016). Suivant une trame narrative, l’histoire d’une amnésique portant deux passeports, et qui tente de retracer sa propre histoire en se confrontant aux petits événements du quotidien, le texte aborde une foule de sujets, autant de prétextes à traiter de la question du sentiment national, mais aussi des langues et du poids des mots.
Née en Bulgarie en 1982, Elitza Gueorguieva publie son premier roman, Les Cosmonautes ne font que passer, aux éditions Verticales en 2016. Le ton elliptique et malicieux permet de conjuguer l’univers intérieur de l’enfance avec les bouleversements de l’Histoire, en l’occurrence la chute du communisme en Bulgarie. L’auteure prête sur scène une finalité performative à ce texte.
— DIMANCHE 5 MARS À 14H
Ron Silliman, poète américain
Lecture bilingue et entretien animé par Martin Richet

Dans le cadre du festival Atlantide, en partenariat avec le lieu unique, La Cité des congrès de Nantes, Double Change, le cipMConsidéré comme l’une des plus grandes voix de la poésie américaine contemporaine, Ron Silliman est né en 1946. Il a publié plus de trente livres et a vu sa poésie et ses ouvrages critiques traduits en douze langues. Entre 1979 et 2004, Silliman écrit The Alphabet. L’avant dernière partie, You, vient de paraître (éditions Vies parallèles, 2016, traduction : Martin Richet). Caractéristique de son écriture, la « nouvelle phrase », se compose de morceaux de phrases documentaires n’ayant aucun lien avec les fragments qui précèdent ou qui suivent, comme le cours de la pensée nue. Les paragraphes finissent par dépeindre un tableau tout à fait réaliste sur la réalité de l’auteur, les différentes échelles du monde qui l’entoure.
— MERCREDI 15 MARS À 19H30
Andrea D’Urso, poète italien
Lecture bilingue et entretien animé par Gérard Lambert-Ullmann

En partenariat avec Dixit Poétic, la Maison de la Poésie de Rennes, la Maison de la Poésie Rhône-AlpesAndrea D’Urso est né en 1970 et vit à Rome. Il en fait son sujet d’écriture au long cours, observant inlassablement ses contemporains et sa propre existence avec un regard corrosif et une ironie salutaire. Andrea D’Urso fait le constat d’une vie moderne urbaine sans queue ni tête et en inspecte les aspects les plus triviaux. Dans Occident Express (Le grand os, 2010. Traduction : Muriel Morelli), l’auteur dessine le cours de ses pensées disparates, telles qu’elles peuvent surgir dans l’esprit au cours d’un trajet en autobus, superposant avec humour réflexions intimes, affiches de pub et micro-événements de rue. Andrea D’Urso travaille par ailleurs à la RAI (Radio télévision italienne) et collabore à la revue Ciminiera.
— MERCREDI 29 MARS À 19H30
Gérard Macé
Lecture et entretien animé par Alain Girard-Daudon
L’oeuvre de Gérard Macé, né en 1946, est guidé par son goût pour le voyage, la découverte de différentes coutumes et leurs fondations. Passionné par le Japon et l’Afrique, ses nombreuses parutions en sont le reflet, en mots ou en images. Gérard Macé poursuit également un travail photographique. Sa vaste bibliographie comprend des livres de poèmes, des essais, des livres d’artistes, édités chez Gallimard, Fata Morgana, Le Temps qu’il fait, et bien d’autres depuis 1974. Dans la série des Pensées simples, parue chez Gallimard depuis 2011, il laisse libre court aux pensées de toutes sortes, habitant son esprit à la fois érudit et observateur, nourri de la diversité du monde. Dans ses textes poétiques, d’apparence simples, on croise de nombreuses références à ses voyages, des mondes insoupçonnés, une très vaste bibliothèque mondiale.
— MERCREDI 26 AVRIL À 19H30
Chantal Neveu
Performance

En partenariat avec Rhizome (Québec), la Maison de la Poésie de Rennes, Lecture en tête (Laval). Avec le soutien du Conseil des Arts et des Lettres du QuébecAprès des études en cinéma et diverses collaborations scénaristiques, Chantal Neveu, née à Montréal en 1964, choisit l’écriture comme mode privilégié d’exploration et de connaissance. Elle adjoint volontiers à son processus de création des supports numériques et vidéos. Auteure de 6 livres de poèmes, son écriture, à l’éthique minimale, va jusqu’à la dissolution de l’idéalisme, mais demeure indulgente pour le vivant qui nous agite. Une oeuvre véritablement engagée
— JEUDI 4 MAI À 19H30
« Tête Bêche », Marlène Tissot se lit
et lit Richard Brautigan
Née en 1971, Marlène Tissot est poète et romancière. Elle a publié plusieurs recueils de poésie et un roman. Marlène Tissot participe régulièrement à des revues littéraires underground, des ouvrages collectifs et des soirées de lecture/performance. Elle crée en 2010 une collection de fanzines mêlant au texte photographie ou autre média graphique.
Richard Brautigan est un poète américain né en 1935 et mort en 1984. Brautigan rejoint le mouvement littéraire de San Francisco en 1956. Il y fréquente les artistes de la Beat Generation et participe à de nombreux évènements de la contre-culture. Les éditions du Castor Astral ont publié en novembre 2016 son oeuvre poétique intégrale traduite en français.
— JEUDI 18 MAI À 19H30
Les 25 ans des Éditions de l’Attente
Rencontre avec les éditeurs Franck Pruja et Françoise Valéry,
Nous sommes tous des presqu’îles

performance numérique avec Juliette Mezenc (poète) et Stéphane Gantelet (sculpteur numérique).Depuis 1992, c’est à la littérature de création contemporaine que s’intéressent les Éditions de l’Attente. À la limite de la poésie, de la philosophie, d’écrits d’artistes, d’essais, de traductions et de tout ce qui anime le catalogue, les Éditions de l’Attente questionnent des langues vivantes innovantes qui puisent leur inscription dans le réel ou l’imaginaire, au-delà du formel.
Juliette Mézenc vit et écrit à Sète. Elle travaille régulièrement avec Stéphane Gantelet et Cécile Portier, pour créer et présenter des poèmes multimédia, des performances, des installations ou des livres d’artistes numériques. Nous sommes tous des presqu’îles est un jeu vidéo littéraire, une fiction transmedia qui permet au lecteur de circuler librement dans l’oeuvre, avec la possibilité de faire apparaître images, sons et / ou textes, au fil de l’exploration
— JEUDI 1ER JUIN À 19H30
Soirée de clôture de saisonPour clôturer la saison des Poèmes en cavale, la Maison de la Poésie de Nantes propose une soirée hors format sur une thématique choisie. Programme dévoilé fin mars 2017.

L’Huma-café®, café citoyen à Nantes

Controverses, tabous et gros mots
L’Huma-café® poursuit son cycle Controverses, tabous et gros mots et invite plusieurs chercheurs en sciences de l’humain : sociologues, économistes, philosophes et acteurs de la société civile. Ceux-ci produisent des travaux souvent mal connus. Nous voulons les faire connaître, mais pas comme des leçons et sans monopole de la parole. La connaissance libère si elle est partagée. Or chacun possède des savoirs, des savoir-faire, peut en donner et en recevoir pour accroître notre compréhension du monde. Nous voulons rompre avec les idées reçues, sortir des sentiers battus, transgresser les tabous, sans craindre les gros mots. Nous recevrons Bernard Friot et lui poserons la question : revenu de base ou salaire à vie ? Puis nous questionnerons l’actualité du Capital de Marx, publié il y a 150 ans. Nous interrogerons l’eurodéputée Marie-Christine Vergiat sur la question de l’Europe, nous décrypterons la novlangue du néolibéralisme avec Corinne Grenouillet et la confronterons aux écrits d’usines. Enfin nous transgresserons un tabou et aborderons une question dont plus personne ne parle : l’arme nucléaire. Nous terminerons notre saison en mettant le sport en question.
Revenu de base ou salaire à vie ?
Rencontre-débat avec Bernard Friot, animée par Patricia Lemarchand

Le revenu de base rencontre de l’écho. Ses partisans viennent d’horizons très divers. Progrès pour le travailleur ou piège ? Existe-t-il une alternative progressiste ? Bernard Friot en propose une, originale et radicale : le salaire à vie. Carrément ! Quel est l’enjeu du travail et de sa rémunération ? Le salariat est-il un carcan ou un levier d’émancipation ? Comment retrouver du sens et du plaisir au travail ? La cotisation peut-elle être envisagée comme salaire socialisé ? Comment passer de la propriété lucrative à la copropriété d’usage des moyens de production ? Comment finance-t-on l’investissement ? Que devient le crédit ? Pour quel projet de société ? Utopie ? Projet irréaliste ? Pourtant le modèle n’est-il pas en partie déjà là ? Discutons-en !

Bernard Friot, sociologue et économiste, est l’auteur de Émanciper le travail (Éditions La Dispute).
Patricia Lemarchand est universitaire (Université de Nantes).

— VENDREDI 20 JANVIER DE 18H À 20H / ANNULÉ ET REPORTÉ AU 7 AVRIL À 18H  2017
Le Capital de Marx a 150 ans. Toujours actuel ?
Rencontre-débat avec Guillaume Fondu, animée par Pierre Daguet

Marx est mort ? Mon oeil ! Le regain d’intérêt pour son oeuvre est incontestable. Quel intérêt peut-il y avoir à le lire ou le relire et comment ? Est-ce pertinent dans le contexte social actuel, face à une crise économique majeure doublée d’une crise politique durable, celle de la démocratie ? Marx nous permet-il de penser le monde contemporain, ses crises et ses potentialités progressistes ? Quelles clés nous donne-t-il pour cela ? Alors que l’économie détient un quasi monopole dans les médias, comment le questionnement de Marx sur la scientificité de l’économie nous aide-t-il à combattre les idées reçues véhiculées par des « experts » autoproclamés ? Comment les mouvements sociaux progressistes peuvent-ils se réapproprier Marx aujourd’hui ?

Guillaume Fondu, est un jeune agrégé de philosophie et économiste, traducteur de Marx. Il a publié deux nouvelles traductions de Critique de l’économie politique et de L’idéologie allemande aux Éditions sociales, il enseigne à l’Université de Rennes 1.
Pierre Daguet est libraire.

— VENDREDI 10 FÉVRIER DE 18H À 20H / ENTRÉE LIBRE

 

Réinventer l’Europe ?
Une autre Europe est-elle possible ?
Rencontre-débat avec Marie-Christine Vergiat, animée par Michel Guilloux

Scepticisme, défiance, oppositions farouches au modèle européen qu’incarnent les « maîtres » de l’Europe gangrénée par le néo-libéralisme, leurs directives et leurs traités : comment sortir du casse-tête européen ? Faut-il changer de peuples ou d’Europe ? Mais peut-on la changer, abandonner la « concurrence libre et non faussée », l’alignement par le bas et l’austérité pour une Europe de l’égalité et de la citoyenneté ? Peut-on construire des ponts plutôt que des murs ? Respecter les droits de tous plutôt que nourrir la xénophobie ? Droits des femmes, des migrants, commerce équitable, etc., quelles politiques mettre en oeuvre pour dessiner un autre chemin ? Quel nouveau contrat social pour l’Europe ? Comment faire advenir une autre Europe ?

Marie-Christine Vergiat, est eurodéputée issue de la société civile, elle est membre du groupe Gauche Unitaire européenne (GUE-NGL) et très investie sur la question des migrations. Elle est l’auteure de L’Europe de l’égalité et de la citoyenneté (Arcane 17).
Michel Guilloux est rédacteur en chef de L’Humanité.

— VENDREDI 17 MARS DE 18H À 20H / ENTRÉE LIBRE

 

 

Revenu de base ou salaire à vie ?
Rencontre-débat avec Bernard Friot, animée par Patricia Lemarchand

Le revenu de base rencontre de l’écho. Ses partisans viennent d’horizons très divers. Progrès pour le travailleur ou piège ? Existe-t-il une alternative progressiste ? Bernard Friot en propose une, originale et radicale : le salaire à vie. Carrément ! Quel est l’enjeu du travail et de sa rémunération ? Le salariat est-il un carcan ou un levier d’émancipation ? Comment retrouver du sens et du plaisir au travail ? La cotisation peut-elle être envisagée comme salaire socialisé ? Comment passer de la propriété lucrative à la copropriété d’usage des moyens de production ? Comment finance-t-on l’investissement ? Que devient le crédit ? Pour quel projet de société ? Utopie ? Projet irréaliste ? Pourtant le modèle n’est-il pas en partie déjà là ? Discutons-en !

Bernard Friot, sociologue et économiste, est l’auteur de Émanciper le travail (Éditions La Dispute).
Patricia Lemarchand est universitaire (Université de Nantes).

— VENDREDI 7 AVRIL DE 18H À 20H / ENTRÉE LIBRE

 

L’INTERVENTION  DE CORINNE GRENOUILLET « LE POUVOIR DES MOTS – PARLEZ-VOUS LA NOVLANGUE DU NÉOLIBÉRALISME » EST ANNULÉE. CORINNE GRENOUILLET INTERVIENDRA SAMEDI 25 MARS À 20H DANS LE CADRE DES RENCONTRES DE SOPHIE.
70 ans après Hiroshima et Nagasaki,
où en sommes-nous ?
Rencontre-débat avec Arielle Denis

Quels sont les enjeux de la paix ? Le monde est en plein chaos. La course aux armements a repris de plus belle ! Les dépenses militaires mondiales ont doublé depuis 1990, l’OTAN supplante de plus en plus l’ONU. La production de nouvelles armes nucléaires est manifeste. Aucun peuple ne serait épargné par un conflit nucléaire. N’est-il pas urgent de respecter le traité de non-prolifération ? Pourquoi la France a-t-elle voté contre la résolution L 41 le 27.10.2016 à l’ONU ? Comment croire que l’arme nucléaire soit l’ »élément qui contribue à la paix » ? La guerre est-elle fatale ? Comment stopper cette course au précipice ? Comment restaurer le droit international ? À l’heure de la mondialisation, ne faut-il pas d’abord mondialiser la paix ?

Arielle Denis est directrice de l’ONG Campagne internationale contre les armes nucléaires (ICAN), auteure de Mondialiser la paix (Éditions La Dispute).

— VENDREDI 19 MAI DE 18H À 20H / ENTRÉE LIBRE

 

Le sport en questions
Table ronde avec Emmanuelle Oulaldj-Bonnet et Nicolas Oblin, animée par Antoine Denechère
(sous réserve)
Des millions de personnes en pratiquent un. Pourtant, le sport reste méconnu voire tabou. Objet de pratiques humaines et sociales il est devenu un spectacle puis un business corrompu par l’argent-roi. C’est le revers de la médaille, mais ces dérives sont-elles inhérentes au sport ? Le sport est ancré dans la société : corps, sport, classes sociales, quels sont les rapports ? Quelles valeurs véhicule réellement le sport ? Le sport est soit paré de toutes les valeurs éducatives, soit considéré comme une courroie de transmission des valeurs du capitalisme. Peut-on concevoir le sport autrement ? Loin de l’adoration béate ou du rejet irréfléchi, analysons ensemble les enjeux réels du sport. À quelles conditions l’émancipation par le sport est-elle possible ?

Emmanuelle Oulaldj-Bonnet est une nageuse, coordinatrice nationale de la FSGT.
Nicolas Oblin est enseignant, docteur en sociologie.
Antoine Denechère est journaliste à France Bleu Loire-0céan (sous réserve).

— VENDREDI 9 JUIN DE 18H À 20H / ENTRÉE LIBRE

 

Êtres Chairs

Exposition, colloque, performances
En partenariat avec le Muséum d’histoire naturelle de Nantes et le lieu unique, la Ville de Saint-Nazaire présente Êtres Chairs, un événement mêlant arts, sciences et philosophie.— EXPOSITION, DU 22 AVRIL AU 24 MAI
GALERIE DES FRANCISCAINS, SAINT-NAZAIRE

VERNISSAGE ET PERFORMANCE DE L’ARTISTE OLIVIER DE SAGAZAN SAMEDI 22 AVRIL À 18H / ENTRÉE LIBREOlivier de Sagazan, artiste plasticien, investit une ancienne chapelle, la Galerie des Franciscains à Saint-Nazaire, pour la transformer en un cabinet de curiosités.
etre_chairs_2
En résonance à cette exposition, un colloque se tiendra au lieu unique :— COLLOQUE GÉNÉALOGIE DE LA SENSIBILITÉ
LE LIEU UNIQUE, SAMEDI 13 MAI, 14H-18H30
,
SUIVI D’UNE PERFORMANCE D’OLIVIER DE SAGAZAN,
« CIRCULATION EXTRA-CORPORELLE », À 19H / ENTRÉE LIBRE
Tout être vivant est un « Lieu » unique à partir duquel un Monde pour soi va s’ouvrir, fût-il bactérie ou crapaud. Comment la matière aveugle de la pierre a-t-elle pu en se complexifiant devenir voyante chez l’animal ? C’est de ce théâtre qui se joue dans chaque organisme que nous voudrions ici nous étonner et nous ravir, puisque figurant parmi les derniers acteurs appelés sur cette scène. Quelque chose a eu lieu, c’est un fait, il y a 3,7 milliards d’années. Quelque chose ne cesse de se reproduire en chaque être vivant. De la matière, une forme spécifique et voici que prend naissance une intériorité avec un monde en façade. Quelque chose ou quelqu’un se perçoit dans une donation unique. Une réflexion sur la sensibilité et sa genèse n’est pas uniquement une question de connaissance. C’est aussi tenter de retrouver avec soi-même et avec les autres, humains et animaux, ce que nous partageons au sein de notre intimité la plus profonde : la question de la présence à soi et au monde.Avec :
Sylvie Germain, auteure. Parmi ses ouvrages : Magnus (Albin Michel, 2005, Prix Goncourt des lycéens), À la table des hommes (Albin Michel, 2016).
Paul-Antoine Miquel, philosophe, auteur notamment de Sur le concept de nature (Hermann, 2015)
Ronan de Calan, philosophe, auteur de Généalogie de la sensation. Physique, physiologie et psychologie en Europe, de Fernel à Locke (Honoré Champion, 2012)
Jean-Louis Deneubourg, biologiste FNRS, auteur de Self-Organization in Biological Systems (Princeton University Press, 2003)
Albert Goldbeter, est biologiste, spécialiste de la biologie computationnelle, professeur à la faculté des sciences de l’Université libre de Bruxelles et membre de l’Académie royale de Belgique, dont il dirige actuellement la classe des sciences.
Olivier de Sagazan, artiste. A publié Le fantôme dans la machine (Presses de l’Université d’Angers, 2005)
etre_chairs

Mardi 4 mai : conférence-débat sur les directives anticipées 

Les directives anticipées, à quoi ça sert ?
Le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie (CNSPFV) organise des soirées en région pour informer sur les droits des citoyens en matière de fin de vie.
Les directives anticipées sont un des dispositifs proposés par la loi permettant de faire connaître son avis sur la façon dont on souhaite que se déroulesa propre fin de vie. Mais beaucoup s’interrogent pour savoir comment les utiliser et si elles seront utiles le jour venu.
Le débat sera ouvert par des témoignages citoyens et animé par Eric Favereau, journaliste.

En présence de Véronique Fournier, présidente du CNSPFV, des experts seront dans la salle pour répondre aux questions.

Mardi 4 mai 2017 à 18h / entrée libre dans la limite des places disponibles

 

Mercredi 10 mai : projection d’un documentaire en avant-première sur la question des essais nucléaires dans le Pacifique + débat

 

Vendredi 12 mai : la librairie Vent d’Ouest et le Collectif Illusio (revue philo) proposent une conférence-débat sur la notion de crise

La librairie Vent d’Ouest et le Collectif Illusio, en collaboration avec le lieu unique, vous invitent à une conférence-débat
Dédale de la théorie critique
De quoi la crise est-elle le nom ?
Avec Anselm Jappe, Gérard Rabinovitch, Patrick Vassort

http://www.revueillusio.fr/revue-illusio/

Vendredi 12 mai à 20h / entrée libre dans la limite des places disponibles

 

Mardi 30 mai : conférence sur l’iconographie féministe en partenariat avec l’Espace Simone de Beauvoir

L’Espace Simone de Beauvoir propose Iconographies féministes à l’intersection d’autres luttes
Conférence de Fabienne Dumont

Suite à la conférence donnée en janvier 2017, nous aborderons les articulations qui se produisent entre les pensées féministes en art et les questions de masculinités, de personnes de couleurs, de sexualités, de migrations, le passage par une volonté de ne plus représenter les corps dans les années 1980 jusqu’à un renouveau actuel de l’éco-féminisme et d’autres figures de résistance. Toutes ces thématiques seront analysées à partir de quelques exemples clés qui permettent de saisir comment les artistes s’emparent de leurs histoires afin de transmettre, critiquer, donner à penser autrement le monde qui nous entoure.

Fabienne Dumont est historienne de l’art, professeure à l’ÉESAB et critique d’art. Sa thèse est devenue un livre, Des sorcières comme les autres – Artistes et féministes dans la France des années 1970 (PUR, 2014). Son intérêt pour les questions féministes, de genre, queer ou les masculinités l’a amenée à éditer une anthologie, La rébellion du Deuxième Sexe  L’histoire de l’art au crible des théories féministes anglo-américaines (1970-2000) (Presses du Réel, 2011). Elle contribue régulièrement à des ouvrages collectifs ou des revues (voir le site des Archives de la critique d’art) – récemment au sujet de Tsuneko Taniuchi, Andrea Bowers, Marie Preston, Chercher le garçon, Nil Yalter ou Cathryn Boch. En préparation, un essai monographique, Nil Yalter – À la confluence des mémoires migrantes, du féminisme et du monde ouvrier.

Mardi 30 mai 2017 à 18h30 / entrée libre dans la limite des places disponibles