newsletter

Christophe
complet !

VENDREDI 11 NOVEMBRE À 20H30
MUSIQUE - CONCERT DEBOUT Duree : 1H30 TARIF SPÉCIAL : 20 - 29€

je
veux ma
place


Depuis cinquante ans, la voix de Christophe hante les ondes de son timbre si particulier. Cet esthète inclassable, toujours en train de se réinventer, est devenu le maître à penser d’artistes tels que Sébastien Tellier ou Bertrand Burgalat. Son nouvel album est à son image, furieusement moderne et délicatement sulfureux, autant influencé par Alan Vega que par Gérard Manset.

_

Christophe aurait pu être un éternel incompris. Sous le poids des millions de ventes de ses succès, rapidement qualifiés de chansons pour midinettes, se cache un amoureux exigeant du blues américain, de certains standards du rock’n’roll et un cinéphile plus qu’averti. C’est aussi un écorché vif qui se décrit comme un « clodo de luxe ». On est loin du jeune homme bien sous tous rapports que l’on avait essayé de nous vendre au début de sa carrière. Carrière ? Un mot prohibé chez le chanteur, qui ne souffre aucune étiquette. Christophe, en 1970, signa la bande originale du film de Georges Lautner, Sur la Route de Salina, qui deviendra la pièce maîtresse de toute une génération allant de Air à Sébastien Tellier. La vie de Christophe, c’est le parcours d’un spécialiste de la métamorphose. Solitaire, le personnage a aussi le génie de savoir s’entourer, et sa curiosité pour les autres musiciens l’a amené à savoir se réinventer. Son dernier album, Les Vestiges du chaos, revient sur ses obsessions : la vitesse, les bagnoles, la nuit, les femmes et Lou Reed.
Véritable maniaque, Christophe a passé sept années à peaufiner ce nouveau disque. À l’instar de Gérard Manset, il demeure l’une des dernières figures énigmatiques de la chanson française.


_

À LIRE
– Rencontre avec Christophe par Libération


_


lll

© image : Lucie Bevilacqua