newsletter

Le bruit court que nous ne sommes plus en direct

du 8 au 11 décembre à 20h30 et le 12 à 19h
théâtre Duree : env. 2h20 12-22 euros

je
veux ma
place

avec audio-
description
le 10 déc.
distribution

Création 2015


• L’Avantage du Doute

Après l’engagement politique à la lumière de mai 68 (Tout ce qui nous reste de la révolution, c’est Simon), après la question du travail et de ses nouvelles formes de management (La Légende de Bornéo), le collectif l’Avantage du Doute s’interroge sur l’image. Ou plutôt sur les paradoxes de notre rapport à l’image.

_

Chaque membre du collectif fait une proposition, écrit « sa partie », selon une nécessité personnelle à l’endroit de la question soulevée. Chaque proposition est une pierre nécessaire à l’édifice du spectacle.
Les comédiens, toujours en complicité avec le public, imaginent qu’ils sont journalistes et créent une chaîne télé qu’ils veulent indépendante, éthique, d’où son nom volontairement désuet : Ethique TV.
Cultivant l’ambiguïté entre personne et personnage, croisant moments très personnels et engagements singuliers, le collectif entretient avec le public une conversation entamée, pourrait-on dire, depuis leur premier spectacle.


_

Rencontre avec le collectif à l’issue de la représentation, jeudi 10 décembre 2015, accès réservé aux spectateurs munis de billets.


_

De et avec : Simon Bakhouche, Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas, Nadir Legrand

Coproduction le lieu unique


lll

interview de L’Avantage du Doute

Programmé en 2013 avec son (réjouissant) précédent spectacle, La Légende de Bornéo, le collectif L’Avantage du Doute revient cette saison au lieu unique avec une nouvelle création qui se penche de façon inventive et distanciée sur notre rapport aux images en général et aux écrans en particulier. Merci de bien vouloir éteindre votre téléphone portable.

_

Après l’engagement politique dans Tout ce qui nous reste de la révolution, c’est Simon et le travail dans La Légende de Bornéo, l’image – entendue au sens large – se trouve au cœur de votre nouveau spectacle. Qu’est-ce qui vous intéresse et vous stimule en particulier dans ce thème ?
Au départ, nous voulions faire un spectacle sur les médias. Continuer, comme un prolongement de La Légende de Bornéo, à interroger les formes de standardisation, d’uniformisation de notre culture mais en les abordant sous l’angle du flux médiatique. Chaînes d’info en continu, voix off incessantes, écrans multiples dans nos poches et sur nos tables de nuit (alarmes omniprésentes, prêtes à nous sonner « en temps réel »), presse rachetée par les grands groupes de la finance : l’information en 2015 s’apparente à une course après un futur de plus en plus rapide, et de plus en plus apocalyptique… Et nous sommes voués à arriver toujours en retard, car comment penser quelque chose de ce qui ne s’arrête jamais ? Une sorte d’étouffement, d’« apnée du regard », pour reprendre les mots de la philosophe Marie-José Mondzain, nous a saisis, suffisamment fort pour que nous élargissions le thème et questionnions davantage notre rapport aux images plutôt que le seul fonctionnement des médias. À la fois objets d’amour, de fascination, de haine, de rêve, de scandale, les images nous habitent depuis les grottes de Lascaux. Même manipulées, elles demeurent la trace de notre regard sur le monde. Si nous pouvions « mettre sur pause » ensemble l’espace d’une heure ou deux, si nous pouvions faire l’expérience, avec le public, que le changement n’est pas dans l’image mais entre les images et dans notre conscience – individuelle et collective – de l’art du montage, du cadrage, et de la discussion de leur mise en scène, alors peut-être deviendrait-il intéressant d’en faire un spectacle.
_

L’Avantage du Doute opère à la façon d’un collectif dont chaque membre est à la fois acteur, auteur, metteur en scène et producteur. Comment se déroule le processus de travail sur cette nouvelle création ?
Nous prenons ensemble toutes les décisions, et chaque moment du travail est un débat presque toujours en cours. De plus, une longue phase de recherche et d’enquête précède le moment de l’écriture. En ce moment, chacun écrit sa version de l’histoire que nous souhaitons être celle de la pièce et qui part du postulat que les comédiens de L’Avantage du Doute ont créé une chaîne de télévision au nom volontairement désuet : Éthique-TV. Comment une chaîne « au contenu éthique » peut-elle survivre financièrement ? Quelles concessions doit-elle (ou non) faire pour plaire ? Chacun développe en parallèle une partie plus intime, plus singulière, où les images sont l’occasion de voyages plus poétiques, comme autant de contrepoints à la dimension critique et prosaïque d’Éthique-TV.

Interview menée par Jérôme Provencal


lll

© image : DR


————– VOUS DEVRIEZ AUSSI ÊTRE INTÉRESSÉ(E) PAR ————–

La Cerisaie de tg STAN
lundi 23 et mardi 24 novembre 2015