Rêve et folie

Claude Régy

sur des textes de Georg Trakl

La venue de Claude Régy à Nantes – pour la première fois ! – est déjà un événement. Le fait qu’il ait annoncé que Rêve et Folie serait son dernier spectacle ajoute à l’exceptionnel. Avec ces poèmes en prose autobiographiques de Georg Trakl, artiste et poète maudit du début du XXe siècle, l’artiste de 95 ans s’enfonce encore dans ses obsessions : la transgression, la folie, le suicide et la mort.

Le passage de l’écrit à l’oral, du texte au théâtre, est une préoccupation majeure pour Claude Régy, qui a fait connaître au public français des artistes aussi différents que Harold Pinter, Edward Bond ou Jon Fosse. Pour accéder à l’essentiel de Rêve et Folie, le spectateur se voit désigner pour guide Yann Boudaud qui, dans une mise en scène épurée (le jeu ultra précis d’obscurité et de lumière en constitue l’essentiel), porte seul le texte. La parole syncopée, le rythme des silences, l’effet mouvant des lumières plongent le spectateur en état d’hypnose et lui ouvrent les portes de l’univers d’un des poètes les plus mystérieux du XXe siècle, souvent comparé à Hölderlin ou à Rimbaud. Toxicomane, alcoolique, hanté par la folie et la culpabilité, il meurt à 27 ans d’une overdose de cocaïne après avoir, comme le dit Régy, « maintenu sa vie dans le strictement invivable. »