Artefact

Joris Mathieu en compagnie de Haut et Court

Dans le cadre de Nos Futurs. Dès 14 ans.

Après s’être servies des humains pour se reproduire, les machines ont pris le pouvoir et les hommes, peu à peu, disparu. Il ne reste que les corps-robots et les intelligences artificielles, qui essaient de jouer des scènes du théâtre classique. Joris Mathieu, fidèle à ses obsessions, nous fait entrevoir avec ce spectacle hors du commun sa vision de la fin de l’humanité. 

Les spectateurs sont invités à vivre, casque sur les oreilles et en petits groupes, trois situations de face à face avec un être artificiel. Ce dispositif immersif combine théâtre optique, technologie des imprimantes 3D et robotique : un bras articulé danse, créant son petit théâtre d’objets ; une intelligence artificielle (comme celle que l’on a vue dans Her, le film de Spike Jonze) recycle des dialogues de Beckett ; une voix de synthèse raconte l’histoire de ce nouveau monde. La réalisation technique est parfaite. On plonge dans cet univers sans humains peuplé d’hologrammes et l’on se repose les grandes questions de la science-fiction : les robots peuvent-ils vivre sans nous ? Ont-ils une âme et dans ce cas : peuvent-ils déclamer du Shakespeare ? Si l’on sort étonné par la capacité pour un robot de développer une sensibilité, on repart hanté par une angoisse toute shakespearienne : celle qu’une force inconnue nous terrasse.