Alex Cameron

Avec sa gueule de star du rock et un charisme à l’impact durable, Alex Cameron, épaulé par son saxophoniste Roy Molloy, s’est fait l’apôtre d’une electropop qui colle aux tympans.

C’est le genre de type qui ne pouvait pas échapper à son destin. Son destin ? Monter sur une scène, chanter d’une voix de crooner désespéré sur fond de pop poisseuse teintée d’électronique et épater le public. Originaire de Sydney, Australie, Alex Cameron a d’abord multiplié les petits boulots, de ceux où l’on travaille sept jours sur sept et vingt-quatre heures sur vingt-quatre, avant de croiser le succès au sein d’un trio option dubstep (Seekae) dans lequel il se sent vite à l’étroit. Alors, en 2013, il publie son premier album solo Jumping The Shark en catimini sur son site internet et trouve des fans obsessionnels (au premier rang desquels le groupe Foxygen). Un deuxième album couronné de succès (Forced Witness), des collaborations prestigieuses (Angel Olsen, entre autres), et voilà Alex Cameron devenu l’incarnation ultime d’une electropop déglinguée et fascinante.

Ouverture de la billetterie en juillet

vous aimerez peut-être...